Communiqué du POI

Publié le par christian


Marche unie pour interdire les licenciements

Depuis octobre 2008, 428 milliards d’euros ont été officiellement mis à disposition des capitalistes et des spéculateurs. 80 % ces milliards sont réservés aux banques qui songent « davantage à se préserver qu’à répondre favorablement aux demandes des entreprises » (Les Echos). Les entreprises de l’automobile bénéficient elles aussi d’une « aide sous forme de prêt direct », pour faire « un gros travail d’adaptation ». Qu’est-ce que cela signifie ?
A Renault : « Fermetures temporaires d’usines pour dégonfler ses stocks de véhicules, plan de 6 000 départs sans compter les 1 800 postes de prestataires des établissements d’ingénierie » (Les Echos).
A Peugeot : « L’arrêt de l’usine de nuit de PSA de Sochaux entraînera le renvoi de près de 800 intérimaires d’ici à la fin du premier semestre » (AFP). PSA Rennes : chômage partiel débouchant sur une activité réduite a une semaine par mois : ce sont trois exemples parmi tant d’autres.
Dans toute la France, dans tous les départements, il n’est pas une semaine sans que tombe l’annonce de fermetures d’usines, de suppressions de postes ou des délocalisations. Les faits sont là : les 428 milliards versés par l’Etat aux capitalistes et aux spéculateurs ne sont que des armes de destruction des emplois. Dans le même temps, le gouvernement Sarkozy multiplie les plans de suppressions d’emplois dans tous les secteurs des services publics.
Cette semaine, le président Sarkozy a osé prétendre qu’il n’y avait pas de problème de moyens dans les hôpitaux. Et le projet de loi Bachelot prévoit la suppression de 20 000 emplois ... dans les hôpitaux.
Avec des milliers de travailleurs de toutes tendances, dans tout le pays, le Parti ouvrier indépendant appelle à amplifier la campagne pour l’organisation d’une « marche unie sur Paris pour l’interdiction de tous les licenciements, de toutes les mesures de chômage partiel et technique, le maintien à l’effectif de tous les personnels (CDI, CDD, intérimaires) ».
S’il faut pour cela décréter les nationalisations pour imposer ces décisions, alors cela doit être fait. Sauver les travailleurs, pas les spéculateurs, est une urgence vitale.
Le POI appelle les travailleurs et les jeunes de toutes tendances à se rassembler dans des meetings de masse. Organisons-nous pour aider à imposer l’unité.
Le 14 janvier 2009
Les secrétaires nationaux du POI Claude Jenet, Gérard Schivardi, Jean Markun, Daniel Gluckstein
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article